Bibliothèque d'Hadrien
Carnets de voyages

Athènes et les Cyclades, voyage au coeur de la Grèce

La Grèce, berceau des civilisations, terre de mythes et de légendes qui enflamment l’imagination, patrie de géants qui ont marqué ce monde comme Hippocrate ou Platon, mais aussi territoire de beauté, de villages blancs et bleus, de bougainvilliers à foison et d’îles aux eaux turquoise.

Voyager en Grèce c’est rêver les yeux grands ouverts, c’est s’émerveiller aux pieds de l’Acropole et se prélasser agréablement dans les plages des îles. Pour moi, c’était tout cela à la fois mais aussi réaliser un rêve d’enfance et de jeunesse en allant sur la terre de Zeus, d’Aphrodite et d’Athéna en partant à la découverte de toutes ces merveilles archéologiques millénaires qui sont autant d’invitations à plonger dans l’Histoire exceptionnelle d’un pays pas comme les autres. Vous venez ? je vous y emmène !

Acropole d'Athènes
Acropole d’Athènes

Préparer ce voyage a nécessité beaucoup de lecture de guides et d’articles de blogs. La difficulté principale étant de définir quelles sont les îles à visiter.

Athènes était pour moi un choix évident pour son patrimoine historique, pour les îles c’était une autre paire de manches surtout en voyageant avec deux jeunes enfants.

Nous avons opté pour les Cyclades parce qu’elles m’ont toujours fait rêver, ensuite il a fallu procéder par élimination.

Notre choix s’est finalement porté sur Paros puisque tout le monde s’accordait à dire que c’est l’île la plus adaptée aux familles. Ensuite, nous avons choisi également Santorin et Mykonos.

J’aurai bien voulu voir Milos aussi pour ses splendides formations géologiques, mais trois îles avec deux jeunes enfants c’était déjà plus qu’assez.

Coucher de soleil Santorini
Coucher de soleil Santorini

Notre périple en Grèce a duré 2 semaines et s’est donc articulé sur 4 étapes, Athènes (4 jours), Paros (6 jours), Santorini (3 jours) et Mykonos (3 jours).

 

Splendeurs historiques à Athènes :

L'Acropole d'Athènes
L’Acropole d’Athènes

Je ne vous cache pas que je suis partie à Athènes avec beaucoup de préjugés, même si ça ne me ressemble guère. On me l’a décrite comme une ville sale et délabrée, et qu’en dehors de ses monuments phares elle ne valait pas la peine de s’y attarder. Quelle ne fut donc ma surprise de découvrir une ville qui ne manque pas du tout de charme. Il est vrai que dès que l’on s’éloigne un peu du centre historique, l’architecture des bâtiments ne paie pas vraiment de mine. Mais le centre vers Plaka est très joli avec son dédale de ruelles fleuries, de restaurants et de cafés et puis les monuments historiques qui jonchent la ville de toutes parts. Ici c’est l’Agora, par-là la bibliothèque d’Hadrien, le temple d’Héphaïstos…

Le quartier de Monastiraki vaut le détour aussi, c’est l’un des endroits les plus animés de la ville, c’est aussi son centre moderne avec beaucoup de commerces et de restaurants.

Mais à Athènes, ce qu’il ne faut surtout pas manquer c’est l’Acropole ! Juché sur une colline qui domine la ville, les yeux se portent indubitablement sur lui où que vous soyez. C’est l’emblème de la ville et le monument le plus visité de la Grèce.

Monter les marches de l’Acropole, c’est s’élever au-dessus des nuages, c’est monter vers le ciel à la rencontre des Dieux grecs, c’est toute la mythologie de la Grèce qui prend vie et l’on a l’impression que Zeus en personne nous attend sur ce rocher sacré où Athéna veille jalousement sur sa ville.

L’un des autres moments les plus émouvants de ce voyage fut de découvrir l’Agora et de se dire que c’est là que la démocratie était née, dans ce lieu. Que c’est là où fut façonnée une partie de ce qui constitue le monde civilisé.

Le temple d’Héphaïstos qui la jouxte est l’un des monuments les mieux préservés, et c’est un réel plaisir que de le voir. Surtout que pour la petite anecdote, mon fils y tenait particulièrement puisqu’il a décidé qu’Héphaïstos était son Dieu préféré.

À Athènes, il y a également des musées intéressants à visiter dont le musée archéologique de Grèce qui est un vrai trésor national.

Nos 4 jours à Athènes n’étaient pas superflus, c’est une ville qui les a mérités amplement et qui a su nous conquérir autant par ses monuments que ses ruelles et par la belle lumière qui baigne la ville en fin de journée.

Mais au bout de notre séjour, nous étions également impatients de prendre le ferry parce que les Cyclades nous attendaient !

 

Paros, la perle des Cyclades

Incontestablement notre île préférée ! Nous avons adoré son charme paisible, ses très belles plages, ses villages colorés et tranquilles. S’il y a une île qui représente le charme cycladique par excellence c’est bien Paros. Idéale en effet pour les familles, on l’apprécie également si on aime la tranquillité tout simplement loin des foules et puis la vie y est beaucoup moins chère que sur des îles comme Santorin ou Mykonos, surtout concernant l’hébergement.

Paros s’admire au rythme du charme tranquille de ses villages où on peut déambuler même en milieu de journée en étant seuls, talonnés uniquement par le miaulement des chats et quelques rares passants. Nous avons été conquis par Naoussa, mais aussi par Prodromos et Lefkès. Nous avons adoré notre petit village Aliki dans le sud de l’île où nous avons logé dans une maison d’hôte très agréable à deux pas du port, jalonnée de restaurants qui servent du poisson bien frais et offrent une très belle vue surtout au soleil couchant.

Paros s’apprécie également pour la beauté de ses plages aux eaux turquoise, entre criques et grandes plages de sable fin où les enfants peuvent s’amuser comme des petits fous.

Notre plage coup de cœur a été Golden Beach à l’est de Paros, mais nous avons aussi aimé Agios Nikolaos ou encore la plage de Kolymbithres.

Pour profiter pleinement de Paros, nous avons opté pour la location d’une voiture surtout que nous sommes restés presque une semaine, cela nous a permis de sillonner à travers l’île et d’essayer plusieurs plages.

Je ne sais pas si j’ai besoin de vous le préciser mais les enfants ont adoré Paros !

 

Santorin, l’île romantique

Cette île m’a toujours fait de l’œil depuis bien longtemps, avec son paysage volcanique, ses villes à l’architecture particulière construites en hauteur, ses dômes bleus qui surplombent des églises blanches et une vue époustouflante sur le bleu profond de la mer.

Il fallait donc impérativement s’y arrêter pendant notre séjour en Grèce.

Oia
Oia

Le coup de cœur pour Oïa est inévitable, c’est une ville au charme indéniable, époustouflant, incroyablement romantique. C’est la carte postale des îles grecques, et on comprend aisément pourquoi, surtout quand le soleil jette ses rayons ultimes sur la ville et ses moulins qui brassent le vent.

Mais Oïa est aussi victime de son charme, des flots de cars déversent des centaines de touristes par jour ce qui dépasse largement les capacités de la ville. Nous avons mieux profité le soir une fois que la plupart des cars étaient partis et qu’il ne restait plus beaucoup de monde.

Mais il n’y a pas qu’Oïa à Santorin, Fira la capitale de l’île mérite aussi la visite. La randonnée sur la côte entre Fira et Oïa est remplie de jolis paysages, la plage de Perissa et son sable noir qui dénote l’aspect volcanique de l’île ou encore la plage rouge

À Santorin, nous nous sommes déplacés en bus, il y a suffisamment de liaisons entre les différents coins de l’île mais il est clair qu’avec une voiture vous pourrez voir plus de choses parce que cela vous permettra de vous déplacer plus vite.

Santorin est une très belle île qui vaut pleinement le détour, surtout Oïa, mais je dirai qu’il vaut mieux y aller hors saison, ce serait beaucoup plus agréable.

Avec des enfants cela est faisable mais il y a beaucoup d’escaliers donc oubliez la poussette !

 

Mykonos, l’île des moulins à vent

Mykonos est bien entendu une île mythique notamment avec ses moulins dressés sur une petite colline, qui flirtent continuellement avec Éole, sa petite Venise aux restaurants plein de charme, ses ruelles pavées et colorées mais aussi son Melthem, le vent qui souffle très fort en été et qui fait s’envoler les chapeaux et virevolter les robes.

Nous avons apprécié la jolie architecture de l’île surtout celle de ses ruelles mais je suis désolée de casser le mythe si je dis que Mykonos est vraiment surcotée surtout vu ses prix exorbitants.

Je pense que si l’on aime faire la fête, le luxe et les paillettes , alors oui, l’île en a à en revendre avec tous ses clubs, ses plages privées, les magasins de luxe qui tapissent ses rues…

Mais si comme nous, vous êtes plus amateurs de simplicité et de calme, ce n’est pas l’endroit idéal. Ou peut-être à visiter hors saison également.

Par ailleurs, les plages sont réquisitionnées par les transats dont les prix varient selon l’emplacement du premier au dernier rang, ça va de 120 euros à 40 euros. Et il reste peu de place si l’on veut poser sa serviette dans la partie publique.

Il existe peut-être des plages moins privatisées mais inaccessibles en bus, pour cela il faudrait une voiture.

Je ne regrette pas d’être partie à Mykonos, parce que je voulais me faire ma propre opinion et que malgré tout c’est une île bien jolie, c’est juste que l’on va dire que ce n’est pas le genre d’endroits qui nous convient le plus.

Des fleurs à Prodromos
Des fleurs à Prodromos

 

Je reviendrai sur les détails pratiques de ce voyage dans de prochains articles mais je dirai que la Grèce est une très belle destination à faire avec les enfants. Il y a certes certains aspects que nous n’avons pas apprécié, comme le chaos et le manque d’organisation dans les bus et les ferrys, les moustiques, la mauvaise gestion des déchets dans certains endroits comme Oia ou Mykonos… Mais malgré les aspects négatifs, je dirai que nous avons adoré revivre les mythes grecs en rêvant au pieds des monuments à Athènes, chiller dans les plages, nous dorer au soleil, déguster du poisson bien frais, déambuler dans les magnifiques villages de Paros et applaudir le soleil qui se couche comme des enfants à Oïa. Pour cela, la Grèce est un grand oui, et nous reviendrons certainement découvrir d’autres coins aussi bien à l’intérieur des terres à la poursuite de ses mythes du côté de Delphes, les Météores etc. ou encore le charme insulaire de Corfou, Rhodes ou la Crète.

 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à découvrir d’autres carnets de voyages et d’autres destinations sur mon blog.

L'auteur: Lamiae

Je suis une passionnée de mots, de voyages et de photographie. Ce mélange a donné naissance à ce blog. Je vous invite à partager avec moi mes passions et d'aller ensemble à la découverte de ce beau et vaste monde pour une petite dose d'émerveillement.

2 Commentaires

    • Merci Audrey! Oui, c’était un beau voyage malgré la foule à Santorini et Mykonos. Après il faut aussi en tirer quelques enseignements et éviter ce genre de destinations autant que possible en haute saison et privilégier des endroits moins fréquentés pendant l’été. 🙂

Laisser un Commentaire